Cuba Voyages

Cuba – Trinidad

Trinidad

Cette ville m’a transportée. Et pas que moi je crois. Je pense que cette ville a un effet d’émerveillement sur toutes les personnes qui la visitent, du moins une bonne partie. Je ne sais pas si c’est grâce à ses belles couleurs sur tous les murs de la ville, ou à cause du coté désuet que donnent les pavés dans les rues, ou bien si c’est pour la simplicité des personnes qui y vivent. Quoiqu’il en soit, Trinidad reste un merveilleux souvenir, une ville comme aucune autre, dans laquelle j’ai vécu deux jours magiques.

Samedi matin, nous étions à Cienfuegos. Nous sommes partis en voiture pour Trinidad, cette ville dont on nous avait dit que du bien. Quand nous sommes arrivés, j’étais un peu curieuse de ce que cette ville allait être. Les premières rues que nous avons faites étaient vraiment pas très jolies qu’on se le dise, avec juste des pavés par terre et quelques maisons colorées. Mais ce qui m’a frappé de suite, c’était cette âme un peu ancienne de la ville. Il y avait dans les rues des vélos-taxi, comme dans les autres villes, mais cette fois-ci il y avait aussi des carrioles tirées par des chevaux, et toujours ces vieilles voitures colorées.

Après être arrivés à l’hôtel, nous avons demandé une visite guidée de la ville. N’hésitez pas à visiter les villes dans lesquelles vous vous trouverez avec un guide ! C’est vraiment enrichissant et nous avons appris des choses que nous n’aurions jamais trouvé de nous même. Le guide était devant la porte dix minutes plus tard, et nous avons ensuite traversé la ville à pieds pour aller chercher les hollandais avec qui la visite était partagée. Les visites se partagent souvent comme je vous l’avait dit, et j’ai bien aimé ce concept. Ça permet de rencontrer des personnes d’autres cultures et de partager avec eux, aussi sur l’avis qu’il se font du pays. La visite a duré deux bonnes heures, pendant lesquelles nous avons vu les parties les plus importantes de Trinidad. C’est vraiment une très jolie ville, pleine d’histoire. Nous avons vu l’intérieur de galeries d’artistes, il y en a beaucoup à Trinidad. Nous avons fait les rues et les places les plus importantes de la ville. Là-bas, il y a une âme. Le guide nous a raconté l’histoire de la ville, des bâtiments. La place principale de Trinidad est la Plaza Mayor. C’est assez drôle de voir le mélange de style entre les bâtiments colorés et les lampadaires de style colonial. Juste à coté de cette place se trouve la Galería de Arte Universal Benito Ortiz, une galerie d’art qui se situe juste dans l’angle, et qui vous permet si vous montez à l’étage d’avoir une vue complète sur la place.

A coté de la Plaza Mayor se trouve, au croisement de la Calle Cristo et de la Calle Ripalda, la place touristique par excellence de Trinidad. Sur cette place, on trouve déjà le point wifi, ce qui explique la foule de gens là-bas, mais c’est aussi une place pleine de restaurants et de bar super animés la nuit. De plus, cette place débouche sur les rues animées de Trinidad, celles dans lesquelles on trouve les restaurants, les boites de nuit et aussi les bars. Parce que Trinidad c’est aussi ça, une ville dans laquelle la nuit est animée.

A la fin de  la visite, le guide nous a emmenés à la Taberna de Canchànchara, un bar qui fait des cocktails spéciaux qu’on ne trouve certainement que dans cet endroit. Ces cocktails sont du même nom que le bar et sont fait à base de rhum blanc, d’eau gazeuse, de miel et de citron vert. Et c’est très bon ! C’est assez doux et sucré, je vous conseille de goûter !

Après la visite et une belle averse, nous sommes allés manger dans un restaurant assez touristique mais pas mauvais, juste en face de la Taberna. C’était le Restaurant El Jigüe, que je vous conseille si vous en avez assez de manger du poisson et des plats locaux. Ce restaurant sert des pizzas, des pâtes et autres plats un peu typés italiens, et l’endroit est assez mignon. Juste après avoir mangé, nous nous sommes baladés seuls dans les rues de Trinidad. Nous avons d’abord fait le Museo de Historia Municipal, qui se trouve juste à coté de la Plaza Mayor. Dans ce musée se trouve une sorte de clocher qui permet d’avoir une vue à 360° sur la ville, je vous conseille d’y aller ! Le musée n’est pas très cher et retrace l’histoire de la ville de Trinidad, la visite est courte, donc si vous n’êtes pas fan de musée, celui-ci est parfait pour passer le temps lors d’une averse.

Nous sommes ensuite allés dans les quartier plus « résidentiels » et moins touristiques de la ville. Là-bas, je me suis sentie moins à l’aise. C’est dans ce genre de quartier que l’on voit le véritable mode de vie des Cubains. Des petites maisons colorées mais minuscules dans lesquelles des familles sont entassées. Les enfants jouent dehors, les parents et les grands parents restent travailler dans la maison. Ce qui m’a le plus choquée, ce sont le nombre de personnes qui, en nous voyant passer, sortaient de leur maison en nous demandant des savons, des stylos, et même nos casquettes et chapeaux. A ce moment là nous n’avions rien sur nous, et c’est assez dur de dire à ces personnes que nous n’avons rien à leur donner.

Ce qu’il faut savoir, c’est que les cubains ne demandent pas toutes ces choses dans le but de nous faire pitié. Ils viennent vers nous le sourire aux lèvres, en nous serrant la main et avec le peu de mots d’anglais qu’ils connaissent nous demandent d’abord d’où on vient, si on va bien… Ils nous parlent de leur famille, de leur maison et nous invitent même à rentrer. Ce ne sont pas des moments dérangeant bien au contraire, et mon père et mon frère y sont retourné plus tard pour leur donner les savons que nous avions emmené pour eux. Ce petit monsieur attendait sagement devant sa maison, et n’a pas refusé qu’on le prenne en photo.

Je pense que ce qui m’a fait adorer Trinidad, c’est aussi la relation avec les gens sur place. Le taxi nous a déposé devant notre hôtel, toujours une casa particular, mais cette fois-ci, une vraie, je veux dire par là que c’était des vrais habitants qui nous invitaient dans leur maison à eux, et non pas comme dans les hôtels précédents pour lesquels c’était des maisons avec chambres gérées par des employés. Nous avons donc fait la connaissance de Yony et Yamy, c’était leurs prénoms, et de leur petite fille Christina. Cette rencontre a vraiment changé notre voyage, dans le sens où nous avons pu vivre avec des Cubains, dans leur quotidien, partager leurs habitudes de vie… C’était tellement enrichissant et je vous conseille à deux cents pour cents d’aller dormir dans une casa particular chez une famille. Nous avons appris à les connaitre au fur et à mesure de nos deux jours chez eux. Et c’est là que nous avons compris à quel point le pays était dans un état politique et économique catastrophique. En discutant avec Yony, mon père a découvert la véritable façon de vivre des Cubains, leur ressenti par rapport à leur pays.

Yony était à la base un professeur d’université, d’économie je crois. Avec ce métier, qui pour nous français paraitrait être un métier intellectuel plutôt bien rémunéré, il gagnait 20 cuc par mois, en sachant qu’une Papaye coûte 1 cuc à Cuba. C’est un vrai problème. Nous avons rencontré énormément de personnes qui ne s’en sortaient pas financièrement avec ces deux monnaies cubaines, et Yony en faisait partie. Il avait donc décidé de tout quitter pour acheter une maison à Trinidad, et en faire une casa particular. Il avait tout retapé, tout créé de lui-même, avec quelques aides extérieures, mais dans un temps record. Et la maison était vraiment bien, très accueillante. Il partage cette activité d’hôtellerie avec sa femme, qui elle s’occupe de la cuisine, d’accueillir les hôtes. Avec cette activité, ils gagnent maintenant l’équivalent de 1200 cuc par mois. C’est dingue de voir cette différence de revenue entre certains métiers, et c’est là qu’on comprends que nous touriste, nous sommes une grande part de revenus dans la vie des cubains, que ce soit pour les taxis, les vélos-taxis, ou encore les chambres d’hôtes ou la restauration.

Yony nous a aussi parlé du climat politique de son pays. C’est quelqu’un qui a une opinion assez marquée sur son pays. Il ne souhaite pas voter pour les prochaines élections, de toute façon comme il le dit : « il n’y a qu’un seul parti, donc même si nous votons, nous n’avons pas le choix ». Nous lui avons demandé si il comptait venir à Paris un jour, pour visiter. Il nous a dit : « nous aimerions bien, mais ne nous leurrons pas, nous n’aurions jamais l’autorisation ».

Finalement, je crois que c’est ça l’état d’esprit dans lequel la plupart des cubains sont en ce moment, la résignation.

Le soir, nous sommes restés à la casa particular. Nos hôtes nous avaient invités à manger chez eux le soir. Ce sont des services payants, mais nous servir le dîner leur permet de gagner un peu plus d’argent. Tout ce dont je me souviens de cette soirée, c’est que c’était excellent, mais surtout ENORME ! Yamy nous a servi des plats traditionnels, d’abord une assiette de crudité puis le plat que nous avions choisi, du poisson pour moi, dans une assiette bien trop remplie ! Les poissons et viande sont non seulement en grande quantité mais notamment accompagnés de riz, de patate douce, de sauce, de légumes… Et le tout suivi d’un dessert, un flan au caramel, le dessert local. C’était excellent et très sympa de manger chez des cubains, même si ils n’étaient pas à table avec nous, mais je crois que je n’ai jamais autant mangé de toute ma vie ! Nous avons su par notre guide papier que les cubains faisaient souvent trois heures de queue pour nous préparer nos repas, que ce soit au diner ou pour le petit déjeuner. Un peu dur donc de laisser dans son assiette…

Après le dîner, nous avons décidé de ressortir à coté de la Plaza Mayor, et nous avons payé un cuc par personne pour pouvoir écouter un concert de musique cubaine, en haut de la place, dans un bar de la ville. C’était une ambiance très spéciale, assez magique. Sur une place en extérieur, entourés de touristes comme nous verres à la main, nous avons bu des cocktails en écoutant la musique jouée par un orchestre. Les gens n’hésitaient même pas à aller danser devant les musiciens. C’était une soirée comme on les aime en vacances.

La Playa Ancón

Le lendemain, nous avons décidé de faire une journée plage. Parce que juste à coté de Trinidad se trouve la Paya Ancón, une plage très réputée, notamment pour son eau translucide et son sable blanc. Nous sommes partis vers 9h30, pour ne pas arriver trop tard. C’est un conseil que je peux vous donner si vous souhaitez aller à cette plage, parce que si la plage est pleine de transats et parasols gratuits pour les touristes, elle se remplie très vite et en fin de matinée, il ne reste rien de disponible !

Cette plage est vraiment belle, c’est un superbe endroit pour passer une journée à bronzer et profiter de ses vacances. Il y a un hôtel en bord de mer, pas accessibles aux touristes, mais la plage a tout de même un petit restaurant/bar, des toilettes, de quoi passer une journée complète. En plus, il y a toujours des vendeurs ambulants qui passent entre les transats, qui proposent des cocktails et qui vendent des pizzas à l’heure du déjeuner. Nous sommes repartis de la plage vers 17h, tout bronzés, et vraiment contents de cette journée au calme. C’était la première fois que je voyais une eau aussi bleue, et je ne me suis pas privée pour faire plein de photos ! Cette plage va rester gravée dans ma mémoire, c’est sûr !

 

Quand nous sommes rentrés à l’hôtel, nous avons assisté à un sublime couché de soleil sur Trinidad, que nous avons pu admirer depuis la terrasse de la casa particular. C’était un moment juste magique, être sur les toits, à l’autre bout du monde, juste nous et nos yeux pour admirer. Le soir, il y a eu une averse terrible. Franchement, il a pas mal plu à Trinidad quand nous y étions, et je vous conseille quelque soit la saison pendant laquelle vous allez à Cuba, d’emporter avec vous des chaussures imperméables. Je ne vous recommanderais pas ce restaurant dans lequel nous avons mangé ce soir là, un restaurant très touristique, sans intérêt. Nous sommes rentrés à l’hôtel les yeux pleins d’étoiles, et tristes de partir déjà le lendemain pour Santa Clara.

Trinidad, c’est une ville à part. Une ville pleine de vie, de couleurs, de personnes au grand coeur. Une ville avec une âme, de l’ambiance, une histoire. Si je devais vous indiquer une seule ville à faire à Cuba, ce serait celle-ci. Je vous dirait aussi d’aller dormir chez Yony et Yamy pour leur chambres confortables et leur gentillesse extrême. Je vous dirais aussi de profiter de la vie la nuit dans cette ville, d’aller vous balader dans les rues pavées, et surtout, d’apprécier chaque moment là-bas.

Je vous retrouve bientôt pour le dernier article sur Cuba.

 

 

 

 

Mes bonnes adresses

 

Taberna La Canchánchara

90 Calle Real del Jigüe,

Trinidad 62600, Cuba

 

Restaurant El Jigüe

69 Calle Real del Jigüe,

Trinidad 62600, Cuba

 

Galería de Arte Universal Benito Ortiz

Calle Real del Jigüe,

Trinidad 62600, Cuba

 

Playa Ancón

 

Hostal Yony & Yamy

Calle Lino Pérez Nro. 590, Trinidad, Cuba

https://fr.airbnb.ca/rooms/21088652

 

Leave a Reply